Pierre MARTIAL, écrivain et journaliste
Chroniques et nouvelles de Pierre Martial, écrivain-journaliste

[NOUVELLES]


" HEY ”, une nouvelle en immersion de Pierre Martial dédiée à tous les sans-abri


© D.R
© D.R
Le vieil homme s’arrêta un peu avant l’entrée du tunnel abandonné pour reprendre son souffle. D’une main tremblante, il fouilla les poches de sa veste. Il en ressortit une demi-cigarette et une grosse boite d’allumettes de cuisine.
Il s’assit sur une borne en béton au bord de la voie ferrée.

Toutes les traverses métalliques étaient rouillées, certaines étaient tordues et des herbes folles envahissaient tout.

300 mètres plus bas, sur le périphérique, les voitures passaient en un flot compact et ininterrompu et on entendait le ronronnement lancinant des moteurs.
La sirène d’une ambulance domina un instant cette sourde symphonie.

Le vieux tirait silencieusement sur son mégot, les yeux perdus dans le vague.
Le soir tombait doucement.

La peur du vieil homme

Il sortit soudain de sa léthargie et regarda tout autour de lui d’un air inquiet.
— Hey ! dit-il d’une voix qui se voulait forte mais qui était seulement enrouée.
Et il tendit l’oreille.
Seul le ronron des voitures lui répondit.

— Hey ! lança t-il un ton plus haut en se relevant péniblement.
Il tourna trois fois sur lui-même et plissa ses yeux fatigués pour scruter les alentours.

Maintenant, le vieux avait peur.

D’un côté, il y avait la bouche noire et inquiétante du tunnel abandonné. De l’autre, l’ancienne voie ferrée, jonchée de détritus. Et, de part et d’autres, un talus de 5 mètres de haut, couvert de broussailles et de hautes herbes.
— HEY ! se mit-il à crier aussi fort que ses vieilles cordes vocales le pouvaient. HEY ! HEY !!

C’était de la panique qu’on lisait dans ses yeux.

La bête

Et soudain, à vingt mètres de lui, une boule rousse jaillit des fourrés et se précipita sur lui.

La bête avait les babines retroussées en un rictus sauvage. Elle était courte et massive, le poil sale mais l’œil brillant. Elle tenait à la fois du chien et du loup.
En quelques bonds elle fut près du vieil homme.

Puis elle stoppa net.

— Hey, Bon Dieu, fit le vieux ! Où que t’étais donc passé ? Tu m’as fait une de ces peurs !
Le chien regarda son maître et émit quelques jappements joyeux en remuant la queue.
— Je t’ai déjà dit de rappliquer aussi sec dès que je t ‘appelle, dit le vieux d’un air bourru.
Le chien baissa un peu la tête et se frotta contre le pantalon du vieil homme.

Puis ils s’assirent tous les deux. Le vieux sur son plot de béton, et le chien sur son derrière.
Le vieux se remit à tirer sur son mégot et “Hey” le regardait en agitant la queue.
— C’est pas pour t’emmerder que j’ te dis çà, hein! T’es libre ! Tu fais ce que tu veux ! Mais dès que j’ t’appelle, tu rappliques fissa, compris ?
Le chien ne le quittait pas des yeux et sa queue continuait à balayer le sol à grands mouvements.
— T’es comme qui dirait, mon garde du corps ! J’ai que toi pour me défendre dans ce putain de merdier ! Oublie jamais çà, compris ?

Tunnel obscur

“Hey” dut sentir qu’il ne s’agissait pas des soliloques habituels du vieux mais que le moment était plus grave parce qu’il cessa d’agiter la queue. La gueule à demi-ouverte, il haletait doucement, la langue pendante et les crocs bien visibles. Il avait une mâchoire impressionnante et, sous son pelage sale, son corps était massif et tout en muscles.

— Je viens d’avoir 70 balais, mon pote, et depuis plus de 10 piges que je vis dans la rue, j’ai paumé toute ma santé et je tiens à peine sur mes quilles, alors qu’est-ce que tu veux que je me défende si on m’attaque ? Hein ? Qu’est-ce que tu veux que je me défende ?

Le jour tombait lentement et l’air devenait plus frais. Une odeur de moisi émanait du tunnel obscur à une dizaine de mètres d’eux. Une bande de moineaux passa en vol serré le long des talus et le chien les suivit quelques secondes du regard.

Rentrer à la “maison”...

Le vieux resta un long moment silencieux, comme perdu dans ses souvenirs, puis il se leva avec effort, regarda tout autour de lui et fit un pas hésitant en direction du tunnel.
— Allez, marmonna-t-il, autant pour lui-même que pour son chien. Au lit maintenant !
Et il se dirigea à pas pesant vers la bouche sombre.

A ses côtés, Hey ne remuait plus la queue. Il avançait lentement, tous les sens en éveil et les muscles tendus.
Quand ils pénétrèrent tous les deux dans le tunnel obscur, le chien huma l’air nerveusement à plusieurs reprises puis il sembla se détendre et jappa joyeusement en regardant son maître.
— C’est bon? fit le vieux. La voie est libre? T’es content de rentrer à la maison?

Puis il ajouta, d’un air immensément las :
—Et oui, mon pauvre clébard, qu’est-ce que tu veux que je te dise, on n’a plus que çà comme maison maintenant! On n’a plus que ça…


Pierre MARTIAL

J'ai écrit cette nouvelle, parmi d'autres, suite à plusieurs semaines d'immersion que j'ai vécues, il y a quelques années, aux côtés de celles et ceux qui ont tout perdu, qui n'ont plus même un toit pour dormir et qui vivent, à Paris et ailleurs, dans la rue, dans des tunnels désaffectés, sous des piliers d'autoroute ou dans des caves... J'en suis revenu profondément meurtri, et en même temps totalement déterminé à ne jamais cesser de me battre, à mon humble place et avec mes petits moyens, pour un monde plus juste, plus fraternel, plus égalitaire... et dans lequel on ne verrait plus jamais des femmes et des hommes dormir dans la rue, la peur au ventre, recroquevillés sur un carton...)

A partager le plus largement possible, mes amies et amis.
Partager, c'est déjà agir.

- Pour lire quelques autres de mes nouvelles ou articles, c'est ICI...
- Pour mieux me connaitre, c'est là...


Pierre MARTIAL
Pierre MARTIAL


1.Posté par Lecouffe le 05/02/2018 15:35
Merci. C'est joli et emouvant. Je partage tres volontiers

2.Posté par Léna Njeim le 06/02/2018 22:15
Merci pour vos mots.
Merci de ne pas baisser les bras devant l’injustice.
Merci de lui avoir donné un tel compagnon pour supporter la solitude et la misère.
Merci d’être la lumière au bout du tunnel.

3.Posté par vis9vies le 02/03/2019 21:17
J'ai pris la liberté de partager votre nouvelle sur le groupe facebook "Pas un jour sans une nouvelle nouvelle". En espérant que vous n'y trouverez pas à redire ;)
V9V




4.Posté par Pierre MARTIAL le 02/03/2019 22:59
Bien au contraire, vis9vies! Je vous en remercie bien sincèrement. Mes amitiés. Pierre Martial.

5.Posté par Luce Fournier le 17/10/2019 01:02
Bonjour Pierre,
Mon fils était là pour sceller la dalle au Trocadéro pour rappeler le 17 octobre avec le Pére JOSEPH Wrisinski, Je suis alliée au Mouvement ATD-QUART-MONDE pour la lutte contre la misére , Dans la mesure de mes moyens , j'y travaille tous les jours.

6.Posté par Pierre MARTIAL le 17/10/2019 01:15
Bonjour Luce,
merci très fort pour ce que vous faites. J'étais, moi aussi,au Trocadéro, ce fameux 17 octobre 1987 où nous avons sceller, toutes et tous ensemble, cette plaque si symbolique et où nous avons fait le serment de ne jamais oublier. Toutes mes amitiés, Luce.

7.Posté par Alain Rigault le 17/10/2019 01:55
Bonjour Pierre, Comme je vais aux restos du cœur depuis presque 6 ans maintenant, des SDF j'en vois venir se doucher dans les locaux, ils peuvent aussi laver leurs linges etc. C'est un petit coin de réconfort.

Amitiés

Alain

8.Posté par Jean-Michel Hennequin le 17/10/2019 02:04
La Journée Mondiale du Refus de la Misère est célébrée chaque 17 Octobre. Née de l’initiative du père Joseph Wresinski et de celle de plusieurs milliers de personnes de tous milieux qui se sont rassemblées sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris en 1987, cette journée est officiellement reconnue par les Nations Unies depuis 1992. http://refuserlamisere.org/article/presentation-generale-de-la-journee-mondiale-du-refus-de-la-misere

9.Posté par VIGNERON marie-annick le 18/10/2019 00:37
Bonsoir,
J'ai été SDF, durant 2 mois, pas dans la rue, mais d'hôtel en hôtel....puis en foyer d'urgence...violée et battue à mort....la peur du lendemain, de ne pas savoir où on va manger ou dormir, et surtout, pourquoi la société, la famille nous font tant de mal !
Aujourd'hui encore, je vis avec 780 euros/mois et ne sais pas si je ne vais pas me retrouver à la rue encore une fois !
Que dire ? tout simplement que ce résultat de "déchets humains" produit par une société ultra-libéraliste, où il faut être rentable tout le temps, où l'argent est le seul signe de reconnaissance sociale, est le fruit d'une politique sociale désastreuse, avantageant les prédateurs et non, les victimes !
Tout le système est "rouillé", "sclérosé", et on fait ce qu'il faut pour désocialiser au maximum, ces gens fragiles, et humains ! l'HUMANITE n'a plus sa place sur notre Terre....
Alors, OUI, il faut se battre encore et encore....je l'ai fait pendant des années, prouvant l'inconscience professionnelle et morale de "pions" stratégiques (médecins, justice, éducateurs,assistants sociaux...) pour éviter que ces gens tombent à jamais dans cette précarité plus que déshonorante pour nos sociétés dites "développées"....

10.Posté par Jean Dekkers le 19/10/2019 00:32
Merci, beaucoup !

Nouveau commentaire :


Pour recevoir ma newsletter et être invité(e) à mes évènements...

Si vous appréciez mon site, merci de le partager...

Happening “Hommage aux livres” - Pierre Martial - square Pierné - Académie Française -

Happening “Lire partout!” - Pierre Martial - Au beau milieu des Champs-Elysées -

Lecture-performance devant l'ambassade du Bangladesh pour dénoncer les assassinats d'écrivains et d'éditeurs dans ce pays


Pour suivre mon actu sur facebook...


Pierre Martial à Sciences-Po

Pierre Martial en concert littéraire

Faire une recherche sur le site

Festival du Premier Roman à Laval - Table ronde "Le livre partout!” avec Pierre Martial

Pierre Martial au Festival Quartier du Livre avec Patrick Poivre d'Arvor

Lecture publique de Pierre Martial


Pierre Martial offrant son livre “Les Don Quichotte du livre“ aux sdf de Paris





Pour garder le contact et recevoir ma newsletter ...